Journal De Bord: Méditation, 150 Heures Plus Tard.

instaquote-09-01-2017-15-16-26.png

4 Janvier 2017

Un chapitre de mon périple méditatif s’est terminé il y a de ça quelques jours alors que j’ai complété la 150ième heure consacrée à cette pratique sur une période de deux ans. Je dois avouer avoir passé moins de temps la deuxième année à méditer (50 heures par rapport à 100 heures la première année) et la différence est tout à fait choquante à plusieurs égards. Je peux désormais affirmer que la quantité et la qualité représentent des enjeux importants en méditation. La répétition et le dévouement sont donc essentiels si l’on désire soutirer des bénéfices de cette pratique.

Un peu à la manière d’un enfant qui dort paisiblement après s’être rendu compte qu’il n’y a pas de monstre sous le lit, la méditation nous permet de faire le vide et de diminuer l’impact de nos pensées négatives en priorisant le focus sur les aspects positifs de notre vie.

J’aurais aimé que quelqu’un puisse pouvoir me louanger les mérites de cette pratique alors que j’avais 18 ans. Cet outil m’aurais sans doute permis de mieux gérer certaines situations notamment la nervosité que l’on ressent avant un match de hockey important ou encore le stress associé à la présentation d’un travail scolaire d’envergure. La méditation me permet d’entrainer mon esprit et de m’épanouir au niveau de ma créativité tout en faisant abstraction des pensées négatives qui sont relayées dans un rôle de second plan dans le film que représente le fil de ma pensée.

Traduction: Max Gosselin
Texte Original: Alex Bernier